Bolivie : Evo Morales défend la feuille de coca

Ecrit par Samantha Bilski 16 mars 2009 19:01:35

Le 11 Mars dernier se sont réunis les 53 pays membres de la Commission des stupéfiants de l’ONU. Dans le but de demander le retrait de la feuille de coca de la liste des substances interdites, Evo Morales, président de la Bolivie, consommateur et leader syndical des cultivateurs de coca, n’a pas hésité a mâché une feuille en déclarant "La feuille de coca n'est pas de la cocaïne, elle n'est pas nocive pour la santé, elle n'engendre pas de perturbations psychiques ni de dépendance. Si c'est une drogue, alors vous devez me mettre en prison". En revanche, le président a demandé  d’inclure la pâte de cocaïne dans la liste des stupéfiants, qui n’y figure pas.

En Bolivie, la feuille de coca, dont est issu la cocaïne, est considérée comme une plante sacrée, à la culture et la consommation traditionnelles ou thérapeutiques (infusion, mastication), surtout dans les hauts plateaux andins, où plus de 10 milles personnes en mastiquent. Lors de cette réunion, Mr Morales a également déclaré "J'en ai consommé quotidiennement depuis dix ans. Si les effets étaient tels qu'on les décrit, je ne serais jamais devenu président de la République ».

Avec 28 000 hectares de feuilles cultivées en Bolivie, le pays se place à la troisième position des producteurs mondiaux, après la  Colombie  et le Pérou. La Bolivie respecte l’usage traditionnel de cette plante, et cherche également de nouvelles formes de consommations légales, et continue à se battre contre l’élaboration de la cocaïne et le trafic de drogue.

Autres articles sur la feuille de coca :
La feuille de coca : une tradition ancestrale
La coca : malédiction ou bénédiction

Tags: Actus, Bolivie

Partager
Plus d'articles

Abonnez-vous