16 janv. 2009 21:21:18

Noël au Pérou : de la poudre de sillar pour neige

Ultime étape de la campagne de Noël 2008 : les "canteras de sillar" ; l'équipe de viventura s'est rendue le vendredi 16 janvier à la carrière de sillar, autre projet que l'entreprise soutient. Après la visite de la vaste carrière, nous avons pu distribuer un sandwich accompagné d'une boisson fraîche aux travailleurs de la carrière, parfois en presence de leurs compagnes et enfants. Ensuite, Miguel (un des responsables de viSolidaire) a pu prendre la parole pour présenter le projet de formation aux techniques de sculpture du sillar aux travailleurs. Cette proposition fera l'objet de discussions entre les travailleurs, et la réponse ne sera connue que sous quelques semaines. Ce projet offre la possibilité aux personnes motivées de suivre une formation de plusieurs heures pour ensuite pouvoir créer des "sculptures" de sillar, très prisées des touristes. Pour finir, des sacs de vivres ont été distribués, ainsi qu'un présent (vêtement) aux personnes participant au projet.

Lire l’article
25 oct. 2008 01:42:16

Quand Tito se sent comme chez lui

Camping de l'association "la Casa de los Pinos", 2008. Une chaude nuit d'été à la campagne, en périphérie de Santiago. Je m'assieds avec les enfants de Los Pinos autour du feu de camps. Tito raconte des histoires et chante. Après un court moment, il est sollicité à l'unanimité : "Tito racontes-nous une blague". Autour du feu, Tito se mets à nous amuser et à mettre de l'ambiance, pour notre plus grand bonheur. Tito a, en effet, un vrai talent pour la comédie et le théâtre. Il est toujours sincère et tout le monde l'apprécie.

Lire l’article
6 mai 2008 17:10:05

L'espoir sur les pentes du volcan Pichincha

Initialement, cela ne devait être qu'une réunion avec la nouvelle coordinatrice du projet "Para dar esperanza" (pour donner de l’espoir). C’est devenu en définitive une véritable excursion dans un monde complètement différent de celui que je connais à Quito. Mon voyage commence dans le centre moderne de la ville de Quito et me conduit tout d’abord avec le "Metrobus", en direction du nord jusqu'à l'arrêt "Florida". Là, je monte dans un autobus vers le lieu dit "Santa Maria". Je remarque que les gens ont un type physique différent, ils sont beaucoup plus colorés et mélangés que dans le centre-ville de Quito où j’habite. A partir de ce moment là, j’ai la sensation d’être "différente".

Lire l’article