6 févr. 2019 10:27:40

Bienvenue sur la terre des volcans : comment vivre à côté d’un volcan actif ?

L'hacienda El Porvenir en Équateur est située à 3.600m d'altitude, entourée par les volcans du parc national du Cotopaxi. Des bâtiments aux toits de chaume rouge foncé parsèment le paysage verdoyant. Au couché du soleil, les maisons semblent briller à la lumière du soir. Jorge Perez, le propriétaire de l'hacienda, vient à notre rencontre et nous accueille sur la terre des volcans.

Lire l’article
7 août 2008 16:47:25

Equateur: Le Tungurahua, un sujet sensible

Les scientifiques ont noté hier l’éruption la plus forte du Tungurahua depuis ces dernières semaines, avec une colonne de cendres de près de 8 kms d’altitude. La vigilance a été renforcée en conséquence. En 2006, une explosion majeure avait  provoqué de sérieuses complications, notamment suite à des intoxications alimentaires liées à la tombée des cendres sur des terres agricoles.

Lire l’article
2 juin 2008 23:55:47

Galapagos : réveil du volcan Cerro Azul

Le volcan Cerro Azul est entré en éruption après 10 ans de "repos". Il fait partie des 5 volcans actifs d’Isabela, la plus grande des îles des Galapagos. En raison de la direction (opposée) dans laquelle s’écoule la lave, les autorités du parc National des Galapagos ont signalé que les habitants (et donc touristes de passage) du village de Puerto Villamil, situé à 50 km de là, n’avaient pas de crainte à avoir. Autres habitants notoires, pour lesquels on ne devrait pas avoir de soucis, les tortues géantes qui vivent là et qui avaient dû être évacuées par hélicoptère lors de l’éruption de 1998. On n'a pas encore d'information concernant les effets sur d’autres espèces endémiques d'Isabela.

Lire l’article
6 mai 2008 16:44:31

Arrivée aux Galapagos !

Lorsque j’ai atterri à Baltra, j’ai tout de suite senti l’air marin, entendu les oiseaux et vu l’océan. J’étais aux Galapagos ! Par la suite, j’ai été surprise par la sécheresse de la végétation. Il y a vraiment beaucoup de cactus sur cette île ! J’en ai vu ensuite encore bien d’autres, certains avec des piquants, d’autres sans, des cactus de la taille d’un arbre, avec de jolies fleurs jaunes comme les figuiers de Barbarie. Ces cactus sont des signes de la sécheresse ambiante, provoquée par le courant froid de Humbolt qui traverse l’archipel, créant par ailleurs un milieu particulièrement riche en plancton. Le trajet en bus nous a alors fait passer par des paysages typiques des plaines de basse altitude d’Equateur : exploitations agricoles, villages pas vraiment pimpants mais tout de même bien égayés par les nombreux ibiscus multicolores.

Lire l’article
6 févr. 2008 10:59:02

Eruption volcanique en Equateur

TungurahuaUne forte éruption du volcan Tungurahua, d’intensité similaire à celle du mois de juin 2006, a eu lieu hier dans la nuit. Les coulées de lave signalées sur la partie occidentale du volcan et les colonnes de cendres générées vers le sud ont imposé l’alerte rouge pour les communautés de cette zone. 200 familles ont été évacuées vers les auberges prévues à cet effet par les autorités locales et les routes ont été fermées. La Défense Civile, les Forces armées et les organismes de section travaillent ensemble pour aider les villageois affectés.

Lire l’article
7 nov. 2007 23:29:40

Tigua, la naissance d'un art indigène en Equateur

Quand je suis arrivée en Équateur il y a deux mois, j’ai remarqué dans les rues certaines œuvres qui m’ont sauté aux yeux : des peintures aux couleurs chatoyantes montrant des motifs de la vie quotidienne des Andes. Lors d’un voyage dans les montagnes, on m’apprend que l’origine de ces peintures vient d’un touriste qui a découvert les motifs sur des tambours de fabrication andine. Comme on dit, les battements d’ailes du papillon peuvent provoquer un ouragan, mais la rencontre d’un touriste avec un musicien peut-elle aboutir à la naissance d’une nouvelle forme d’art local ?

Lire l’article
5 sept. 2007 23:21:15

Pérou : L’ascension d’un volcan …ou la bonne leçon du débutant

Rendez-vous à 8h00 ce matin. Assez tendu, je n’ai quasiment pas dormi de la nuit, aujourd’hui c’est le grand jour. Depuis le début de mon stage ici à Arequipa j’y pense sans vraiment trouver le temps ou la force de tenter l’expérience. Depuis plus de 2 mois et demi, je l’observe à travers la fenêtre de ma chambre, il fait partie du paysage quotidien mais sa présence est devenue une obsession. Cette fois-ci il est trop tard, pas de moyen de faire marche arrière, dans moins de 24h je serais à 5822 mètres d’altitude dans le cratère de notre cher Misti, le seul volcan actif des 3 géants qui dominent la ville.

Lire l’article